Séminaire-Atelier de Yamoussoukro

 - Télécharger ici les actes de ce séminaire-atelier des 26, 27 et 28 juillet 2001

 Le séminaire - atelier de Yamoussoukro organisé les 26, 27 et 28 juillet 2001, sur le thème « Le Trésor Public face aux défis de la bonne gouvernance » avait adopté un ensemble de résolutions et de recommandations. En application des actes de ce séminaire, la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique sous la houlette de l’actuel Ministre de l’Economie et des Finances, Monsieur Diby Koffi Charles, précédemment Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique, a adopté une nouvelle politique managériale tendant à moderniser la conduite de l’action administrative et partant la qualité du service public. Dans cette optique, d’importantes innovations sont engagées, en vue de la recherche de l’efficacité, de la transparence dans la gestion des fonds publics.   

Pour soutenir cette nouvelle politique managériale, où la bonne gouvernance doit désormais inspirer tous les actes des agents, la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique a opéré des réformes structurelles et fonctionnelles, qui se traduisent  par :

  • l’institution de Comités de trésorerie tant à l’échelon central qu’au niveau régional et départemental, voire dans les EPN, dans les communes, dans les Conseils Généraux de districts et de départements avec pour finalité une gestion rationnelle de la trésorerie qui intègre des mesures visant une mobilisation optimale des ressources et une programmation diligente des dépenses ; 
  • la présence régulière du Trésor Public sur le marché monétaire et financier avec l’emprunt obligataire, les bons et les obligations du Trésor Public;
  • la modernisation des outils de travail par l’édition de documents didactiques et techniques

l’instauration d’une gestion participative, de proximité avec le déploiement des structures d’encadrement, d’assistance, de contrôle et d’évaluation à travers tout le territoire national, dans le souci est :

  • l’instauration d’une meilleure collaboration entre les services ; 
  • la mise en œuvre d’un service de proximité, et une plus grande  sécurisation à la gestion des fonds publics ;
  • le renforcement des contrôles.