Compétitivité en Côte d’Ivoire: La Banque mondiale approuve deux projets pour une enveloppe globale de 598 millions de dollars

La Banque mondiale a approuvé récemment deux projets pour une enveloppe globale de 598 millions de dollars visant, d’une part, à améliorer la gestion urbaine, l’efficacité logistique, l’accessibilité du port et la mobilité au sein du Grand Abidjan et, d’autre part, à optimiser les résultats financiers de CI-Énergies, la compagnie nationale d’électricité.
Bénéficiant d’un crédit de l’Association Internationale de Développement (IDA) de 315 millions de dollars, le Projet d’appui à la compétitivité du Grand Abidjan (PACOGA) a pour objectif d’aider la Côte d’Ivoire à concrétiser son ambition de devenir une plateforme régionale et internationale pour le commerce et la logistique, tout en résolvant les problèmes provoqués par l’attractivité d’Abidjan, qui alimente un afflux massif de population.
« Le projet va conforter la compétitivité du Port autonome d’Abidjan en tant que porte d’entrée vers la région tout en soutenant une urbanisation harmonieuse et équitable. Pour les habitants des 19 municipalités composant le Grand Abidjan, il se traduira par des logements, des emplois et des services publics de meilleure qualité », souligne Pierre LAPORTE, directeur des opérations de la Banque mondiale pour la Côte d’Ivoire. Grâce à une garantie de prêt de 283 millions de dollars octroyée par l’IDA, l’Opération de refinancement de la dette de CI-ENERGIES soutiendra l’introduction de l’entreprise sur les marchés bancaires locaux et internationaux et facilitera son accès initial à des prêteurs commerciaux à long terme susceptibles de financer le programme d’investissement du pays dans le secteur de l’électricité. Une fois les arriérés apurés, le projet bénéficiera également aux prêteurs commerciaux, aux producteurs indépendants d’énergie et aux fournisseurs de gaz.
« La pérennité financière de CI-Énergies est la clé pour attirer les capitaux privés qui susciteront des investissements dans le secteur de l’électricité, mais également pour réaliser les objectifs de croissance de la Côte d’Ivoire et l’ambition du pays d’assurer un accès universel à l’électricité à l’horizon 2030 », précise Pierre LAPORTE.