Éducation Financière: Les Énarques se familiarisent avec les Bons et Obligations du Trésor

Initiées par la Direction de la Formation, deux séances de sensibilisation ayant pour thème « La contribution des produits d’épargne de l’ACCD à l’optimisation des ressources intérieures », les jeudi 26 et vendredi 27 avril 2018, à l’École Nationale d’Administration (ENA), ont permis aux Énarques de se familiariser avec les Bons et Obligations du Trésor, mais aussi de mieux connaître l’Agence Comptable Centrale (ACCD) des Dépôts ou Banque des Dépôts du Trésor.
Animées principalement par M. YAO Yao Thomas, Administrateur en chef des Services Financiers et Sous-Directeur du Financement, ces séances se sont déroulées en présence du Directeur du Financement et du Suivi des Politiques Sectorielles, M. DOH André, de la Sous-Directrice de la Formation Initiale et des Stages, Mme DIOMANDÉ Madoussou Gisèle ainsi que des personnes ressources de la Banque des Dépôts du Trésor.
Face aux 685 Énarques qui ont pris d’assaut les amphithéâtres Félix Houphouët-Boigny et Laurent Gbagbo sur les deux jours de sensibilisation, YAO Yao Thomas a indiqué que les Bons et Obligations inscrits en compte courant au Trésor sont en réalité des produits d’épargne comme on en trouve dans les banques classiques et autres compagnies d’assurance. Malheureusement, a-t-il admis, ils restent encore très peu connus.
D’où les nombreuses actions de sensibilisation entreprises par le Trésor Public depuis quelque temps et qui ont connu une certaine accélération avec l’avènement du Plan Stratégique de Développement (PSD) 2016-2020 du Trésor Public, duquel a été tiré le thème de l’année portant sur ‘’L’optimisation des ressources intérieures’’. Le conférencier de s’appesantir ensuite sur les caractéristiques des Bons et Obligations du Trésor dont la valeur nominale commune est de 10 000 F CFA.
Les Énarques ont ainsi appris que si les Bons sont de quatre maturités, à savoir 3, 6, 9 et 12 mois, celles des Obligations sont au nombre de deux, à savoir 3 et 5 ans. Pour ce qui est des taux d’intérêt, si les Bons sont respectivement rémunérés à hauteur de 3,75%, 4,75%, 4,85% et 5.00%, les Obligations le sont respectivement à hauteur de 7,5% et 8,25%. La différence fondamentale dans ces deux souscriptions résidant dans le fait qu’il est reversé la moitié des intérêts tout de suite à la souscription et l’autre moitié à l’échéance pour les Bons. Pour lesquels, il y a surtout possibilité de demander un remboursement avant terme, mais aussi une reconduction tacite. Contrairement aux Obligations, dont le versement des intérêts n’est possible qu’à la date anniversaire de la souscription.
Dans les deux cas, a souligné le conférencier, le souscripteur est astreint à payer l’Impôt sur les Revenus de Créances (IRC). A en croire YAO Yao Thomas, cette donne ne devrait en aucun cas décourager les souscripteurs, car les Bons et Obligations du Trésor présentent de nombreux avantages. Aussi bien pour l’État dont les charges sont illimitées mais les moyens limités. Mais aussi pour le souscripteur qui détient avec les Bons et Obligations du Trésor un titre garanti à 100% par l’État. Une épargne à l’abri de tout danger, un titre liquéfiable parce que flexible dans le remboursement, un titre très rentable car les taux d’intérêt étant parmi les plus compétitifs de la place.
Mais au-delà de tous ces avantages, a insisté le conférencier, tout détenteur des titres du Trésor contribue au renforcement de l’indépendance économique de son pays. Ce qui, à l’en croire, est un acte patriotique très fort. Comme pour convaincre ses auditeurs, le conférencier a rappelé que s’il n’existait qu’un seul guichet de souscription avant 2012, l’ensemble du territoire est désormais couvert, en dehors de deux Circonscriptions Financières.
YAO Yao Thomas a surtout révélé que ce sont 9 milliards de F CFA qui ont été mobilisés de 2005 à 2017 au titre des Bons et Obligations du Trésor, pour lesquels 1,1 milliards de F CFA ont été redistribués aux souscripteurs à titre d’intérêt. A l’en croire, si 1,5 milliards ont été mobilisés au titre de l’année 2017, c’est un objectif de 2,034 milliards de F CFA que vise le Trésor Public dans le cadre du thème de l’année. Selon le conférencier, c’est plus de 700 millions de F CFA qui ont été ainsi mobilisés au cours du premier trimestre de l’année 2018. Ce qui, à l’en croire, permet au Trésor Public d’entrevoir de grandes perspectives, notamment celles de l’extension de la souscription aux groupements associatifs et aux Mutuelles locales de développement, de permettre la souscription aux guichets de l’ensemble des Postes Comptables, la souscription en ligne pour attirer un peu plus la diaspora, ramener la valeur nominale de 10 000 F CFA à 5 000 F CFA, le remboursement anticipé pour les Obligations …