LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME (LBC/FT) : Le Trésor Public sensibilise des assujettis

La Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, à travers la Direction des Etablissements de Crédit et des Finances Extérieures (DECFINEX), entreprend depuis le mardi 8 mai 2018 une campagne de sensibilisation auprèsdes structures assujetties aux obligations de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT).

Les structures à sensibiliser sont  les Banques commerciales, les Etablissements Financier, les Compagnies d’assurance, les Systèmes Financiers Décentralisés  (micro finances), les Services de transfert rapide d’argent (WU, money gram, RIA)  et les Bureaux de change.

La campagne a démarré avec Coris Bank.  La délégation de la DECFINEX conduite par M. Yaya OUATTARA, Sous-Directeur de la Lutte contre la criminalité Financière à ladite Direction a entretenu les membres du Comité de Direction de Coris Bank.  La campagne, a-t-il dit en substance, a été initiée  pour sensibiliser les assujettis au respect de leurs obligations en matière de LBC/FT.

Face à des responsables mobilisés pour la cause, M. YAYA a expliqué  le cadre général et opérationnel de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Il leur a aussi  expliqué les obligations à mettre en œuvre en matière de LBC/FT à  savoir :la création d’un dispositif spécifique de la LBC/FT, le principe de connaitre son client, la surveillance des transactions financières, la classification des clients selon les risques, les Personnes Politiquement Exposées (PPE), l’ouverture et la tenue des registres des opérations en espèce, la Déclaration des Opérations Suspectes (DOS), les Opérations particulières et la formation des chefs de service, points focaux, du dispositif interne LBC/FT.

La Banque a ensuite été interrogée sur le niveau d’appropriation des textes et les dispositions internes pour faire face  à la LBC/FT relativement à la cartographie des risques, les motifs de transferts de fonds, le mouvement des comptes etc.

Du Directeur Général au Responsable du Contrôle permanent, en passant par le Directeur des Opérations, le directeur de la Clientèle, le responsable informatique  et autres, tous ont accordé une attention particulière à la séance de travail. Les différentes préoccupations  évoquées et les échanges interactifs  sont, à n’en point douter, d’intérêt collectif.  «  Nous  vous promettons une meilleure appropriation des textes au sein de notre banque  », rassure  M. Mamadou SANON, Directeur Général de Coris Bank.