COMITÉ BALANCE DÉLOCALISÉ A ABENGOUROU: Les précieux conseils de « KOFFI ASTER » aux acteurs de la comptabilité

Le choix d’Abengourou, la cité de la paix, pour abriter la deuxième escale de la tenue du comité de balance délocalisé livre ses secrets. En effet, à Abengourou, les acteurs de la comptabilité au Trésor Public ont eu l’honneur de rencontrer un des précurseurs du projet ASTER en la personne de M. KOFFI N’guessan, Trésorier Général d’Abengourou et chef de la circonscription financière de la capitale de l’Indénié Djuablin.
Présidant la seconde journée des travaux du comité balance délocalisé, celui dont le patronyme est associé au progiciel ASTER, a en des termes plus que simples, donné de sages conseils à ses jeunes collaborateurs qui ont choisi de faire carrière dans le métier de comptable public.
Entré au Trésor Public en 1986 en tant que Contrôleur du Trésor, M. KOFFI N’guessan aujourd’hui Administrateur Principal des Services Financiers avoue avoir passé toute sa carrière à faire de la comptabilité. Se prononçant sur le sujet à savoir la production de la Balance Générale des Comptes du Trésor (BGCT), le Trésorier Général d’Abengourou a indiqué que deux principaux facteurs peuvent constituer un réel blocage à la bonne production de cette balance.
Il s’agit de l’action de l’homme et les sources comptables d’où proviennent les données auxquelles on a recours. Pour juguler ces difficultés, l’expert ASTER préconise la sensibilisation et surtout la mise à niveau des acteurs qui doivent également travailler avec détachement et surtout cultiver l’amour de la comptabilité. C’est à ce prix qu’ils pourront passer les bonnes et justes écritures comptables.
La journée du jeudi qui a réuni les participants composés des chefs de service comptable soutenus par leurs Fondés de Pouvoirs a enregistré une communication sur « L’importance de la Balance Générale des Comptes du Trésor (BGCT) dans la production du Tableau des Opérations Financières de l’Etat (TOFE) et de l’élaboration de la loi de règlement » prononcée par Mme YAPO Patricia.
Selon l’oratrice, le TOFE reste encore tributaire des données statistiques alors qu’il devait normalement être nourri par la balance générale des comptes du Trésor. Poursuivant, Mme YAPO a appelé à la vigilance des comptables au moment où ils passent les écritures. Car a-t-elle rappelé, des écritures mal passées sont lourdes de conséquences qui non seulement impactent la réalisation de la balance mais surtout peuvent négativement agir sur les prises de décisions des autorités.
Pour mieux expliquer les risques que comportent les erreurs ou les négligences comptables, la conférencière a eu recours à plusieurs exemples qui illustrent éloquemment les conséquences désastreuses des fautes comptables.
A la suite de cet exposé, à tour de rôle, les différents chefs de service comptabilité des postes de la zone Est, se sont succédé au pupitre pour présenter leurs balances au terme de l’exercice du mois d’octobre 2018. Un exercice fort apprécié par M. BLE Bénédict, Président du secrétariat permanent du comité balance qui exhorte les postes comptables à faire de cet exercice une institution afin de faciliter la tâche à l’Agence Comptable Centrale du Trésor (ACCT).