Impact des politiques économiques: Une nouvelle étude pour déterminer le vrai niveau de vie des ménages

S’assurer du niveau de vie réel de l’ensemble des ménages en Côte d’Ivoire, déterminer leurs besoins réels, mesurer l’impact des politiques économiques… tels sont entre autres les enjeux d’une nouvelle étude dénommée EHCVM 2018 (Étude Harmonisée sur les Conditions de Vie et des Ménages).
Recommandée par la Banque mondiale, l’étude ne concerne pas que la Côte d’Ivoire, mais l’ensemble des pays de l’UEMOA (Union monétaire et économique Ouest africaine). L’objectif primordial de l’étude étant de définir les indicateurs de pauvreté-communs à tous les pays membres de l’Union.
L’enjeu est de faire un bon suivi/évaluation de la pauvreté et des conditions d vie des ménages. Sur la base des statistiques (avec un taux de pauvreté estimé à 47%), la Côte d’Ivoire, pour nombre de bailleurs de fonds, est encore loin de réaliser les objectifs de l’OMD (Objectif pour le Développement Durable). Une situation qui n’est pas aussi reluisante pour les autres États-membres de l’Union, en raison du niveau très faible du taux de réalisation des indicateurs qui composent les Omd.
Une situation que juge critique, A. Baguia, le représentant du représentant-résident du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) en Côte d’Ivoire. Intervenant le vendredi 14 septembre 2018, lors de la formation des Agents de l’Institut nationale de la Statistique (Ins), ce dernier a souligné la nécessité pour la Côte d’Ivoire de disposer de données fiables. Selon le représentant du Pnud, l’étude est d’une importance capitale, en ce sens qu’elle servira d’indicateurs pour les bailleurs de fonds, en termes de précisions sur les besoins prioritaires des ménages, notamment les régions où la pauvreté est beaucoup accentuée.