RECETTES D’EXPORTATION: Les acteurs en ordre de bataille pour relever le taux de rapatriement

Le Comité National de Suivi du Rapatriement des Recettes d’Exportation (CNSRRE) organise un séminaire d’information, de sensibilisation et d’échanges à l’intention des entreprises minières, pétrolières et exportatrices de café-cacao sur le rapatriement des recettes d’exportation à Grand -Bassam. Les travaux ont été ouverts ce jeudi 08 novembre 2018 par Adama KONÉ, Ministre de l’Économie et des Finances.
A la suite du mot de bienvenue de Guy-Daniel OUEGNIN, 2ème Adjoint au Maire de la commune de Grand-Bassam, le Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique, Jacques Konan ASSAHORÉ, par ailleurs Président du CNSRRE a situé les enjeux du séminaire. Cette rencontre, a-t-il souligné, vise principalement à identifier, secteur par secteur, les causes du non-respect des dispositions réglementaires en matière de domiciliation et de rapatriement des recettes d’exportation et à planifier des actions à mener par toutes les parties prenantes afin de se conformer aux textes communautaires en la matière.
Au cours de deux jours de travaux, les séminaristes auront à discuter de ces questions en plénière, à travers les interventions des représentants des secteurs des mines, du pétrole et du café-cacao, bien entendu, après celles des autorités monétaires et des administrations compétentes sur le cadre réglementaire et de contrôle en matière de rapatriement des recettes d’exportation.
En effet, rappelle ASSAHORÉ, les différentes actions menées par le CNSRRE ont permis de booster le taux de rapatriement effectif des recettes d’exportation de la Côte d’Ivoire, qui est passé de 9,06% en 2013 à 30% en 2017 avant de se situer à environ 50% à fin juillet 2018, selon les dernières statistiques fournies par la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest ( BCEAO). Mais, déplore le Président du Comité, ce niveau du taux demeure l’un des faibles taux des pays de l’UEMOA et reste largement en deçà de la norme communautaire qui est de 80% minimum.
Pour sa part, Clément ADJOBI, Conseiller Technique du Directeur national de la BCEAO, s’est réjoui de l’organisation de ce séminaire qui, selon lui porte sur une problématique qui se retrouve au cœur de la BCEAO, en tant qu’ « un Institut d’émission gérant le pool commun des devises, et chargé d’exécuter les demandes de transferts au profit ou sur ordre des États, des établissements de crédit et des opérateurs économiques de l’UEMOA dans le cadre de leurs relations financières avec l’étranger(…) ».
Avant d’ouvrir officiellement les travaux du séminaire, le Ministre de l’Économie et des Finances a indiqué que la tenue de ces assises, apparait comme l’une des illustrations évidentes de l’engagement de son Département à déployer des actions décisives nécessaires au relèvement significatif du taux de rapatriement des recettes d’exportation de la Côte d’Ivoire, facteur essentiel pour le bon fonctionnement de l’économie nationale.
C’est pourquoi, tout en félicitant le CNSRRE, Adama KONÉ, a invité les participants à des échanges francs et fructueux afin de faire des propositions de mesures concrètes et pratiques pour l’application de la réglementation en vigueur et pour une meilleure gestion des relations financières extérieures de la Côte d’Ivoire.