Prise en charge des risques liés à la sécheresse et aux inondations: ASSAHORÉ ouvre l’atelier sur le PDMO

Le Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique, M. ASSAHORÉ Konan Jacques, a officiellement lancé, le jeudi 12 septembre 2019, à la salle de conférence DIBY Koffi Charles, sis à Abidjan-Plateau, les travaux de l’atelier sur l’élaboration du Plan Définitif de Mise en Œuvre (PDMO) en vue de l’indemnisation des personnes touchées par les impacts négatifs du déficit de pluviométrie dans les régions Centre et Nord de la Côte d’Ivoire.

Superviseur de l’African Risk Capacity (ARC) en Côte d’Ivoire, ASSAHORÉ Konan Jacques a, d’entrée, rappelé que c’est en février 2019 que la Côte d’Ivoire a décidé de souscrire à deux polices d’assurance de la Mutuelle de l’ARC en vue de prévenir les impacts des évènements climatiques extrêmes et des catastrophes naturelles qui ne sont pas sans conséquences sur l’économie ainsi que la sécurité alimentaire des populations.

À en croire le Superviseur ARC en Côte d’Ivoire, le Gouvernement ivoirien a été bien inspiré de rejoindre cette structure spécialisée de l’Union Africaine. Puisque le logiciel Africa Riskreview allait, peu de temps après, dévoiler d’importants déficits de pluviométrie au niveau des deux régions ivoiriennes couvertes par les deux polices d’assurance. À savoir le Centre du pays, dont la saison agricole s’étend du 11 mars au 11 octobre 2019, et le Nord, dont la saison agricole va du 1er mai au 21 novembre 2019.

Poursuivant, ASSAHORÉ Konan Jacques a indiqué que c’est bien ce constat qui a amené l’ARC à décider du décaissement de 730 000 dollars US, soit près de 400 millions de F CFA au bénéfice de la Côte d’Ivoire, afin de l’aider à faire face à l’indemnisation des 406 000 personnes impactées par le déficit de pluviométrie au niveau des deux régions citées plus haut.

« Ce décaissement dès la première année de souscription est la preuve de l’engagement de la Mutuelle panafricaine à accompagner effectivement les États souscripteurs dans le cadre de la prise en charge des risques liés à la sécheresse et aux inondations », s’est réjoui le Superviseur ARC de Côte d’Ivoire.
Avant d’insister sur les objectifs poursuivis par l’atelier d’Abidjan. Notamment la clarification du processus de ciblage dans le cadre de l’indemnisation, des règles et responsabilités des parties, ainsi que l’identification des points qui doivent être examinés plus en détail.

Peu avant, Mme SIDIBÉ Assia, administratrice ARC, s’est réjouie des relations qui lient la Côte d’Ivoire à cette Mutuelle panafricaine dont elle est en passe de ratifier le traité.
Elle a aussi précisé que le processus d’indemnisation touchera des populations des régions de la Vallée du Hambol, de la Marahoué ainsi que du Gbêkê.

À noter que depuis 2014, ce sont 32 contrats d’assurance d’une valeur de 73 millions de dollars US, soit plus de 36 milliards de F CFA de primes versées, pour une couverture d’assurance cumulée de 553 millions de dollars US, soit plus de 273 milliards de F CFA, qui ont impacté plus de 55 millions de personnes vulnérables dans les États souscripteurs.