2ème session du Comité d’Audit du Trésor Public : ASSAHORE Konan Jacques : «L’implémentation de l’audit au sein du Trésor Public vise à améliorer le fonctionnement de nos services»

La deuxième session 2018 du Comité d’Audit de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique a eu lieu, le mercredi 18 juillet 2018, à la salle de conférence DIBY Koffi Charles au 7ème étage de l’immeuble SOGEFIHA.
Présidée par M. ASSAHORÉ Konan Jacques, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique, Président du Comité d’Audit (CA), cette séance de travail a vu la participation des membres statutaires du CA dont M. SANOGO Bafétégué, Inspecteur Général du Trésor.
Avant d’aborder les travaux, le Comité d’Audit a observé une minute de silence en la mémoire de M. DIARRA Lanciné, ex- Directeur des Établissements de Crédit et des Finances Extérieures, décédé le lundi 16 juillet 2018.
Dans ses propos liminaires, le Directeur Général s’est dit satisfait du travail abattu par l’Inspection Générale du Trésor (IGT) ainsi que les membres du CA. Pour lui, ils ont le mérite de tracer la voie devant permettre d’implémenter l’audit au sein de notre Administration. Un choix stratégique dont l’objectif vise à améliorer le fonctionnement de l’ensemble des services du Trésor Public.
En effet, le Comité d’audit a abordé plusieurs sujets présentés par l’Inspecteur Général. Il s’agit, entre autres, de la Revue des diligences ; de l’Information sur l’état d’élaboration des Chartes (Charte du Comité d’Audit et Charte d’Audit du Trésor) ; de l’État de mise en œuvre des recommandations d’audit de 2016 et 2017 ; du Point des restitutions des missions d’audit réalisées au 1er semestre 2018 ; de l’état d’exécution du plan de formation et du Projet de plan de carrière des auditeurs internes.

En outre, M. GUIBÉI Kacou, Chef de la Division Audit Interne à l’IGT, a fait un point détaillé sur l’état d’exécution des différentes actions au cours de la première partie de la rencontre. Dans le cadre de la mise en œuvre du plan de communication, il a fait savoir que l’audit a pour vocation d’évaluer l’efficacité du dispositif de contrôle interne. Et il a suggéré que, dans un souci d’efficacité, la communication sur l’audit soit couplée avec celle sur le dispositif de contrôle interne.
Prenant le cas d’une mission d’audit assurance, l’Inspecteur Général du Trésor a noté que si le dispositif de contrôle n’est pas mis en œuvre en pareille situation, la mission assurance se transforme en mission conseil.
En réponse, le Directeur Général a demandé à la Direction de la Qualité et de la Normalisation de veiller au déploiement dans les meilleurs délais des outils du dispositif de contrôle dans le maximum de services à auditer.
Au cours des échanges, le Directeur Général a requis la mise en place d’un dispositif de rappel des diligences afin de gérer efficacement les dossiers en attente.
Pour ce qui concerne particulièrement la mise en œuvre des recommandations d’audit 2016 et 2017, M. ASSAHORÉ a recommandé que toutes les diligences soient soldées en totalité notamment les diligences opérationnelles et ce, avant la troisième session du CA.
S’agissant de l’adoption du plan de carrière des auditeurs, le Directeur Général a rassuré que le principe est acquis. Toutefois, le dossier sera étudié en profondeur pour offrir de meilleures conditions de travail aux auditeurs.
Le second temps fort du CA a été marqué par la présentation des résultats des missions d’audit diligentées, du 20 mars au 15 juin 2018, dans plusieurs services du Trésor Public. Ces missions ont porté sur « la conformité documentaire des processus du Trésor Public » ; « la mobilisation des recettes fiscales et non fiscales » ; « l’optimisation des ressources propres des Collectivités Territoriales » ; « l’optimisation des ressources propres des EPN » et « le dispositif de mise en place de l’épargne privée ».
Après les exposés, le Directeur Général, tout en faisant des observations, a salué la qualité des communications et a encouragé l’IGT à continuer dans cette dynamique de manière à ce que l’audit contribue à améliorer les performances du Trésor Public.