Cacaoculture/Lutte contre le travail des enfants: La Fondation International Cocoa Initiative fait le point de la situation en Côte d’Ivoire et au Ghana

La Fondation International Cocoa Initiative (ICI) a publié son rapport annuel 2019, pour marquer la Journée mondiale contre le travail des enfants, prévue le 12 juin prochain. Ce rapport montre non seulement les progrès réalisés par rapport à l’année dernière, mais il examine également les résultats des efforts de longue haleine pour lutter contre le travail des enfants. Il montre qu’un impact significatif est possible lorsque les ressources sont bien investies. Il souligne également qu’il est plus nécessaire que jamais de passer à l’échelle sectorielle. Face à un problème aussi complexe que le travail des enfants, il est essentiel de tirer les leçons de l’expérience en explorant de nouvelles approches et en s’adaptant à l’évolution des circonstances pour avoir un impact sur les familles d’agriculteurs. Le secteur du cacao étant désormais menacé par les conséquences sociales et économiques de la pandémie de Covid-19, cela est plus urgent que jamais d’y remédier. Le rapport annuel de la Fondation met en lumière les activités qui ont permis à l’organisation de bénéficier directement à plus de 380 000 enfants depuis 2015 et demande que ces activités soient étendues à l’ensemble du secteur, afin de protéger encore plus d’enfants.
Explorer l’impact : SSRTE et développement communautaire

Le rapport annuel 2019 de la Fondation ICI explore en détail deux piliers de notre travail pour lutter contre le travail des enfants dans le cacao : la promotion d’une gestion responsable de la chaîne d’approvisionnement, par le biais des Systèmes de Suivi et de Remédiation du Travail des Enfants (SSRTE) et la lutte contre les causes profondes par le développement communautaire. Comme le souligne le rapport, le SSRTE, mis en œuvre avec les partenaires de la Fondation ICI, a eu un impact positif sur plus de 215 000 enfants dans les communautés productrices de cacao en Côte d’Ivoire et au Ghana depuis 2015. Les systèmes, intégrés dans les chaînes d’approvisionnement du cacao et en collaboration avec les acteurs locaux et les coopératives de cacao, s’efforcent de surveiller, d’identifier, de prévenir et de remédier aux cas de travail des enfants, en aidant notamment les entreprises à faire preuve de diligence raisonnable en matière de droits de l’Homme en ce qui concerne le travail des enfants. L’année dernière, plus de 160 000 producteurs ont été ciblés par le SSRTE. En outre, 41 305 séances de sensibilisation au travail des enfants ont été organisées dans les ménages et les communautés de producteurs de cacao. 4 110 membres de la communauté ont participé à des activités génératrices de revenus et 213 groupes de services communautaires ont été formés et équipés, contribuant ainsi à la réduction du travail des enfants, en fournissant aux agriculteurs une main-d’œuvre abordable. Ces systèmes se sont avérés efficaces pour identifier et remédier au travail des enfants, avec la possibilité de réduire le travail des enfants jusqu’à 50% parmi les enfants bénéficiaires. Le développement communautaire, le deuxième pilier du travail de la Fondation ICI, s’est également révélé très efficace. Une analyse préliminaire du programme de développement communautaire, réalisée entre 2015 et 2018, montre une réduction du travail dangereux des enfants de 20 à 30 % dans les communautés du Ghana et de la Côte d’Ivoire. Parallèlement, les résultats du projet de quatre ans intitulé Eliminating Child Labour In Cocoa Communities (ECLIC), qui s’est achevé l’année dernière et a été financé par le Département du Travail des Etats-Unis, soulignent les avantages potentiels d’un développement communautaire soutenu pour les enfants ; le travail dangereux des enfants ayant diminué de 37 % parmi les ménages bénéficiaires dans 50 communautés.
Innover pour aller encore plus loin

L’apprentissage et l’innovation sont également au cœur de la stratégie de la Fondation ICI et, en 2019, le programme d’apprentissage de ICI a fait progresser à la fois les connaissances et les capacités dans le secteur du cacao. La publication de recherches sur le lien entre la mauvaise qualité de l’éducation et le travail des enfants a mis en lumière l’importance d’aller au-delà de la simple question de l’accès à la scolarité. Et la recherche sur les risques liés au travail des enfants au niveau communautaire a conduit à l’élaboration d’un nouvel outil pratique, le calculateur de risques liés au travail des enfants, pour aider les acteurs du secteur du cacao à simplifier le processus de ciblage de l’aide au développement sur les communautés qui en ont le plus besoin. D’autres projets d’innovation sont en cours pour estimer le risque de travail des enfants au niveau des ménages, qui seront ensuite intégrés dans les systèmes de suivi existants pour en accroître l’efficacité. La Fondation ICI s’efforce également de mieux répondre au risque de travail forcé, grâce à un projet pilote lancé l’année dernière au Ghana, qui vise à aider les entreprises et d’autres acteurs à comprendre, prévenir et atténuer le travail forcé là où les risques sont les plus prononcés. « Aujourd’hui plus que jamais, nous devons faire avancer notre réflexion, stimuler l’innovation, adapter nos outils et renforcer nos capacités. Lorsque la résilience et les moyens de subsistance des communautés de cacao sont menacés, et lorsque ces pressions accroissent les risques pour les enfants, nous devons capitaliser sur les résultats positifs que nous avons obtenus et redoubler d’efforts pour les mettre à l’échelle », a déclaré Nick Weatherill, Directeur exécutif de la Fondation ICI. « Les résultats de notre travail de développement communautaire et du SSRTE sont très encourageants, tout comme l’engagement croissant de tous les acteurs du secteur. Il est maintenant impératif que nous nous unissions tous derrière un objectif commun pour atteindre chaque enfant à risque, et mettre en place des systèmes dans la chaîne d’approvisionnement, par le biais des services nationaux et des communautés qui les protègent ».
Source : Fondation International Cocoa Initiative