Conjoncture économique au premier trimestre 2021: Le solde commercial de l'Uemoa est ressorti déficitaire de 171,6 Fcfa

Dans son bulletin trimestriel des statistiques sur la conjoncture économique au premier trimestre 2021, la Bceao relève un solde commercial de l’Uemoa déficitaire de 171,6 Fcfa. Dans ce même bulletin, l’institut d’émission fait également cas des cours des matières premières agricole qui ont connaissent une légère progression par à l’année précédente. Ci-dessous, l’intégralité du rapport de la Bceao.

Au premier trimestre 2021, les prix du pétrole brut libellés en dollars ont enregistré une hausse de 25,7% sur un an, en raison d’une reprise progressive de l’activité économique due à l’allègement des mesures restrictives engendrées par la pandémie de la Covid-19. S’agissant des principales matières premières exportées par les pays de l’Union, les cours ont également progressé pour le coton (+30,5%), le caoutchouc (+18,5%), l’or (+13,5%) et le café (+1,6%).

En revanche, des baisses ont été notées pour l’anacarde (-19,9%) et le cacao (-5,5%). Pour les produits alimentaires importés, comparés au premier trimestre 2020, les cours ont été orientés à la hausse pour les huiles alimentaires (+68,9%) et le blé (+17,9%), tandis qu’un repli a été noté pour le riz (-3,3%). Sur le marché boursier régional, l’indice Brvm 10 s’est replié de 2,0% à fin mars 2021 par rapport à son niveau de la même période de l’année précédente.

Toutefois la capitalisation boursière s’est bonifiée de 4,7% au cours du premier trimestre 2021. La reprise de l’activité économique au sein de l’UEMOA s’est consolidée sur les trois premiers mois de l’année 2021, par une hausse de 3,2% du PIB par rapport à la même période de l’année précédente, après 1,8% au trimestre précédent. La croissance du PIB en volume dans l’Union résulte de la bonne orientation de l’activité économique dans l’ensemble des secteurs. La valeur ajoutée du secteur tertiaire s’est accrue sur un an de 3,1% au premier trimestre 2021, après une hausse modérée de 1,3% le trimestre précédent. Le dynamisme du secteur primaire s’est renforcé avec une progression de la richesse de 3,6% au cours du trimestre sous revue, après une hausse de 2,8% au quatrième trimestre 2020. Au niveau du secteur secondaire, la production s’est accélérée avec un taux de croissance de 3,2% au premier trimestre 2021, contre 2,0% un trimestre plus tôt. Le taux d’inflation dans l’UEMOA, en rythme annuel, est ressorti à 2,2% au premier trimestre 2021, après une réalisation de 2,7% un trimestre plus tôt.

La décélération du rythme de progression du niveau général des prix est imprimée notamment par la composante « Alimentation », qui a augmenté de 3,7% au premier trimestre 2021, contre 5,0% au trimestre précédent. La hausse de moindre ampleur des prix des produits alimentaires, observée dans la plupart des pays de l’Union, reflète l’amélioration de l’offre de céréales, de produits de la pêche, de légumes ainsi que de tubercules et plantains. Par ailleurs, la baisse de 0,8% des prix du «Logement» et le ralentissement des tarifs des « Transports » au premier trimestre 2021 ont également contribué au ralentissement de la progression des prix à la consommation. La détente relevée pour la fonction « Logement » est imprimée par le repli des prix du charbon de bois.

Quant aux transports, la décélération est due à la détente des prix des services y relatifs, en lien avec l’atténuation des mesures barrières contre la COVID-19, ainsi qu’à la baisse des prix de l’essence vendue en vrac au Bénin à la suite de l’ouverture des frontières nigérianes. Le taux de change effectif réel (TCER) a progressé de 6,2% au premier trimestre 2021 par rapport à la même période de l’année passée, en raison principalement d’une hausse du taux de change effectif nominal de 8,1%, dont les effets ont été atténués par un différentiel d’inflation favorable à l’Union de 1,9%. Le solde commercial de l’Union est ressorti déficitaire de 171,6 milliards au premier trimestre 2021, en amélioration de 13,1 milliards par rapport à la même période de l’année précédente, du fait d’une progression des exportations (+3,9%) plus forte que celle des importations (+3,5%) sur la période.

La masse monétaire dans l’UEMOA a progressé de 21,5% en rythme annuel, en raison d’une augmentation des avoirs extérieurs nets (+34,7%) et des créances intérieures (+16,5%). Sur le marché monétaire, le taux moyen pondéré des injections de liquidité à une semaine est demeuré stable à 2,00%, contre 2,9% à la même période de l’année précédente.

Il convient de rappeler que depuis le 24 juin 2020, les adjudications sur les guichets d’appel d’offres de la Banque Centrale sont organisées au taux fixe de 2,00%. Sur le marché interbancaire, le taux d’intérêt sur le compartiment à une semaine est ressorti en baisse de 11 points de base pour s’établir à 2,5532% au premier trimestre 2021. Au niveau des conditions de banque, il est relevé une baisse des taux débiteurs. En effet, hors taxes et charges, le taux débiteur moyen s’est établi à 6,42% au premier trimestre 2021, en baisse de 21 points de base par rapport à la même période de l’année précédente (6,63%).

Le taux d’intérêt moyen appliqué aux dépôts à terme a, pour sa part, enregistré un repli de 28 points de base, passant de 5,43% au premier trimestre 2020 à 5,15% au cours du premier trimestre 2021.
Source : Bceao