Conjoncture économique: La monté des cours des matières premières à fin novembre 2020

Dans sa dernière note mensuelle de conjoncture économique dans les pays de l’Uemoa à fin novembre 2020, rendue publique le 4 février 2021, la Bceao relève une augmentation des cours des matières premières sur le marché international. Pourtant au plan national, le prix de ces mêmes matières subissent des baisses importantes. Lire ci-dessous les précisions de la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (Bceao).

Les prix des principaux produits de base exportés par les pays de l’Union ont connu une hausse mensuelle de 1,7%, après un repli de -1,3% en octobre 2020, du fait de l’atténuation des incertitudes qui planaient sur la reprise de la demande mondiale. Ces hausses de prix concernent à la fois les produits énergétiques (6,4% après +0,1% en octobre 2020) et les produits non énergétiques (+1,1% après -1,4% en octobre 2020). La hausse des cours des matières premières énergétiques exportées par les pays de l’Union concerne le pétrole (+6,2% contre -1,7% en octobre 2020) et le gaz naturel (+ 7,4% contre 14,4% en octobre 2020). Comparée à la situation prévalant à fin octobre 2020, l’augmentation des cours des matières premières non énergétiques exportées par les pays de l’Union concerne les huiles (+18,3% contre +3,2%), le café (+5,7% contre -6,2%), le cacao (+2,9% contre -6,8%), le caoutchouc (+3,9% contre +12,8%), le coton (+2,8% contre +6,7%), la noix de cajou (+2,9% contre +3,1%), le bois (+11,2% contre -1,0%), le zinc (+9,5 contre -0,5%) et le phosphate (+3,1% contre +0,8%). Les baisses des prix notées au niveau de l’or (-1,6% contre -1,1%) et l’uranium (-1,1% contre -1,1%), ont exercé un effet modérateur. Les cours des huiles (de palmiste, de palme et d’arachide) ont été tirés à la hausse par le regain de la demande mondiale, notamment celle en provenance de l’Europe et de la Chine, à un moment où l’offre est réduite en Inde, en Indonésie et en Malaisie. Les cours du café qui tiraient vers la baisse à cause de la surabondance de ce produit au Brésil, dans un contexte où la demande mondiale subissait le poids des restrictions, voire des fermetures de cafés et restaurants, ont connu une remontée au mois de novembre. En ce qui concerne le caoutchouc, l’accélération de la reprise économique en Chine, premier consommateur mondial de caoutchouc, et la faiblesse des approvisionnements en provenance des producteurs d’Asie du Sud-Est, en raison des fortes pluies, ont tiré les prix à la hausse. Le resserrement de l’offre pour la campagne 2020/21, avec la révision à la baisse dans la plupart des pays producteurs, ainsi qu’un regain de la demande en provenance de plusieurs grands pays consommateurs comme le Pakistan, le Bangladesh, le Vietnam et la Chine, ont continué d’exercer un effet haussier sur les prix du coton. La reprise de la demande, après un coup d’arrêt suite la pandémie de la Covid-19, a soutenu les cours de la noix de cajou. En effet, la majorité des usines de transformation, en particulier au Vietnam et en Inde, ont renforcé leur activité induisant une amélioration de la demande. Pour ce qui est de l’or, en dépit de la persistance des risques baissiers (résurgence de cas de contamination à la Covid-19, incertitude sur le programme de soutien à l’économie américaine, etc.) sur l’économie mondiale et les bas niveaux de taux d’intérêt, ses cours ont continué à baisser, du fait notamment de l’appréciation du dollar américain.

Source : BCEAO