Dettes : La Côte d’Ivoire et le Mali bénéficient de l’extension de l’ISSD

La Côte d’Ivoire et le Mali sont les deux premiers pays de la zone UEMOA à bénéficier de l’extension de l’ISSD (initiative sur la suspension de la dette des pays pauvres ou DSSI en anglais), le moratoire international relatif au report des échéances de remboursement des dettes des 77 pays les plus vulnérables. Mise en place en avril 2020 à l’initiative des pays du G20 et des institutions de Breton Woods, l’ISSD avait pour ambition dans un premier temps le gel des remboursements des dettes des pays en développement contractées auprès des créanciers publics des pays développés (agence de développement notamment) arrivant à échéance entre le 1er mai et fin décembre dernier.

L’enjeu étant de permettre à ces États de convertir les ressources ainsi épargnées à la lutte contre la crise sanitaire de la Covid-19 et ses effets socio-économiques. Toutefois, devant la persistance d’une crise qui a fragilisé l’économie mondiale, l’ISSD a été reconduite pour une période supplémentaire de 6 mois, allant jusqu’à fin juin 2021. Une extension qui a été actée le 13 novembre dernier par les pays du G20 avec un accord qui intègre dorénavant des pays comme la Chine et l’Arabie Saoudite priés de participer à l’effort mondial de soutien aux pays les pauvres. Il faut en outre souligner que la nouvelle mouture de l’ISSD recommande aux créanciers privés (notamment les porteurs d’eurobonds) de prendre part à cet effort global en renonçant au remboursement des échéances sur la période. Un appel qui n’a pas été suivi d’échos. A fin novembre 2020, selon le Club de Paris (un regroupement informel des créanciers publics des pays du G20), près de 2,5 milliards de dollars de prêts arrivant à échéances entre mai et décembre 2020 ont été reportés, dont 834,31 millions de dollars au bénéfice de 24 pays africains. Au niveau de l’UEMOA, six pays (hormis le Bénin et la Guinée Bissau), ont bénéficié du gel de remboursement de dettes pour un montant de 179,1 millions de dollars, soit environ 97 milliards FCFA.
Source : Sikafinance