Éducation financière: La nouvelle politique de la BCEAO pour mettre tout le monde sur le même niveau d’information

La Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a organisé, récemment, à son Siège à Dakar, un atelier régional de concertation sur l’éducation financière.

Cet atelier a regroupé soixante seize (76) participants, représentant les Comités Nationaux de Suivi de la Mise en Œuvre (CNSMO) de la Stratégie Régionale d’Inclusion Financière provenant des pays membres de l’Union, la Bank Al-Maghrib, les Banques, le Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution dans l’UMOA, les institutions publiques et privées, les Systèmes Financiers Décentralisés ainsi que les partenaires techniques et financiers. Des agents des Directions des Services Centraux et des Directions Nationales de la BCEAO ont également pris part à cette rencontre.

Les échanges ont porté sur la démarche à adopter pour l’intégration des cours d’éducation financière dans les curricula des systèmes éducatifs dans l’UEMOA. Les étapes importantes du processus, les activités et le cadre de suivi-évaluation ont été abordés ainsi que les rôles et responsabilités des acteurs clés.
Une attention particulière a été accordée à la contribution de la technologie à l’accroissement de la portée des actions d’éducation financière.

Les travaux ont permis au Maroc, à la Côte d’Ivoire et au Sénégal de partager leurs expériences respectives en matière d’élaboration, de déploiement et de suivi de leur programme d’éducation financière.
Le projet de Programme régional d’éducation financière a été présenté et les participants l’ont validé, en plénière, sous réserve de la prise en compte des recommandations formulées au cours des travaux de groupe.

De manière générale, il est ressorti des échanges les conclusions ci-après :
-l’implication de l’État est indispensable pour accompagner les efforts en matière d’éducation financière, notamment la prise de décret pour la mise en place des groupes de travail, ainsi que l’importance du financement des actions y relatives ;

-la nécessité que les pays bénéficient d’un accompagnement technique en matière d’éducation financière ;
-l’importance d’une coordination des interventions entre les différentes parties prenantes afin de garantir le succès des initiatives en matière de promotion de l’éducation financière ;
-l’harmonisation au niveau régional de l’approche qui serait retenue dans le processus de l’intégration de l’éducation financière dans les systèmes éducatifs des pays de l’Union.

Les prochaines étapes, ci-après, sont prévues pour le déploiement du programme régional d’éducation financière :
-la finalisation du document de programme régional d’éducation financière ;
-la poursuite de la mise en place des groupes de travail dans les pays ;
-le développement d’outils innovants de promotion de l’éducation financière ;
-l’élaboration d’un plan de communication ;
-le plaidoyer auprès des pouvoirs publics pour l’insertion des modules d’éducation financière dans les programmes scolaires et universitaires.

Au regard des enjeux de l’éducation financière, chaque État de l’Union a été invité à élaborer son programme ou sa stratégie d’éducation financière, en tenant compte de ses spécificités nationales et dans une démarche participative, de manière à assurer l’articulation et la synergie avec le Programme régional.
Pour rappel, la cérémonie d’ouverture a été présidée par Monsieur Norbert TOE, Vice-Gouverneur.

Source : Bceao