Exode des vénézuéliens en Colombie: Un nouveau mécanisme pour soutenir le pays d'accueil

Le Mécanisme mondial de financement concessionnel (GCFF), par l’intermédiaire de son secrétariat administratif, la Banque mondiale, a annoncé l’admissibilité de la Colombie à un financement concessionnel pour répondre aux besoins de plus d’un million de Vénézuéliens entrés dans le pays depuis 2017, fuyant la crise qui secoue leurs pays.
Les ressources accordées permettront à la Colombie de financer des projets et des programmes visant à améliorer les conditions de vie des Vénézuéliens arrivés sur son territoire. En effet, l’arrivée de migrants et de réfugiés en Colombie pèse lourdement sur l’économie du pays, qui est l’un des plus touchés en Amérique latine. Le coût financier de la crise représente actuellement 0,4 % du PIB total de la Colombie, selon les estimations.
« La Colombie est très heureuse et reconnaissante du soutien international qui lui est apporté pour faire face aux défis de la vague migratoire en provenance du Venezuela. Des instruments comme le GCFF seront d’une grande aide pour soutenir l’effort budgétaire de l’État », s’est félicité Alberto Carrasquilla, ministre des Finances de la Colombie.
La Colombie est le troisième pays à être admis à bénéficier des ressources du GCFF, lancé en 2016 et qui a, à ce jour approuvé un financement de 500 millions de dollars pour aider la Jordanie et le Liban à faire face à l’afflux de réfugiés syriens. Le Mécanisme a débloqué un financement concessionnel de 2,5 milliards de dollars à l’appui de projets de développement visant à apporter des solutions face à divers enjeux, dont la création d’emplois, la santé, l’éducation et les infrastructures.
Le GCFF est une plateforme mondiale qui accorde des financements concessionnels à des pays à revenu intermédiaire qui fournissent un bien public mondial en accueillant un grand nombre de réfugiés.