Financement des infrastructures en Afrique: L’UA disposera bientôt d’un fonds pour soutenir les États

L’Union africaine (UA), par la voix de son Haut représentant pour le développement des infrastructures, Raila Odinga, a annoncé la création très imminente d’un fonds destiné au financement de la construction de routes, de chemins de fer et de centrales électriques. Il s’agit d’un ambitieux projet dans la mesure où le continent possède l’un des déficits de financement en infrastructures les plus élevés au monde. Ce déficit est en effet estimé entre 60 et 90 milliards de dollars selon l’UA. Une situation qui rend par ailleurs difficultueux la mise en œuvre concrète de la zone de libre-échange continentale dont l’objectif est d’intégrer les différents marchés. Pour ce faire, l’UA compte sur de nouvelles sources de financement en raison de la lassitude des donateurs et de l’augmentation des niveaux d’endettement des pays membres. Ainsi, l’UA se tournera vers les fonds souverains, les assurances et les fonds de retraite de pays comme l’Afrique du Sud, l’Angola, le Nigeria, le Maroc, l’Égypte et le Kenya, pour trouver les fonds nécessaires. « Les fonds seront invités à investir environ 5 % de leurs avoirs, ce qui sera en fait plus lucratif pour ces institutions, plutôt que de laisser les fonds inutilisés », a déclaré Raila Odinga, à Reuters ce 18 février à Nairobi, au Kenya. « Les discussions avec les fonds se poursuivent et les experts de l’UA sont en train de mettre en place la structure juridique et financière du fonds d’infrastructure, qui sera administré par la nouvelle Agence de développement de l’Union africaine », a précisé en outre, Raila Odinga.
Source : Sikafinance