IMPACT DU COVID 19 / APRÈS LES MESURES DE LA BCEAO: L’ÉTAT IVOIRIEN ET LES BANQUIERS S’ACCORDENT

Liquidité accrue des banques, admission en cotation de 1700 nouvelles entreprises pour leur permettre de négocier de meilleures conditions d’emprunt, approvisionnement massif des guichets automatiques, etc. Ce sont autant de mesures prises le 21 mars 2020 par la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) dans un contexte de crise sanitaire mondiale due au Coronavirus ou Covid-19. Pour s’assurer de la mise en œuvre effective desdites mesures, le ministre de l’Économie et des Finances, Adama Coulibaly, a échangé le lundi 23 mars 2020 à son Cabinet au Plateau, avec l’Association Professionnelle des Banques et Établissements Financiers de Côte d’Ivoire (APBEF-CI). En compagnie de son collègue du Commerce et de l’Industrie, Souleymane Diarrassouba, le ministre Adama Coulibaly a indiqué au terme de la rencontre qu’il était question de «passer en revue les recommandations de la Bceao».

A savoir, la nécessité d’accroître la liquidité des banques à hauteur de 340 milliards de FCFA, l’admission en cotation de 1700 nouvelles entreprises pour leur permettre d’avoir 1050 milliards de FCFA de ressources additionnelles et l’approvisionnement massif des guichets automatiques. Le ministre de l’Économie et des Finances a surtout précisé qu’il s’agissait de « voir comment ces recommandations peuvent être mises en œuvre au niveau de notre pays sans difficulté». Pour M Adama Coulibaly, il était également important d’examiner les éventuelles contraintes ou mesures nouvelles que le secteur bancaire au niveau de la Côte d’Ivoire pouvait proposer pour offrir un confort de gestion aux entreprises. Tout en assurant que ce secteur bancaire est prêt à s’engager dans la mise en œuvre des recommandations édictées par la Bceao, le ministre Adama Coulibaly a tenu à conclure : « Et en termes de mesures nouvelles, nous avons décidé de pouvoir continuer de travailler ensemble et à faire en sorte qu’effectivement, l’outil de production puisse être préservé de sorte qu’après la sortie de cette période difficile, le redémarrage puisse se faire sans difficulté. »

Pour sa part, Le ministre du Commerce et de l’Industrie, Souleymane Diarrassouba, a souligné que les plus grands bénéficiaires des recommandations de la BCEAO seront les opérateurs économiques. Il a, également, souhaité que les flux soient dirigés en priorité vers les opérateurs qui produisent des denrées alimentaires de grande consommation ou qui les importent. «Nous sommes dans une période de crise. Le plus important est de pouvoir assurer l’approvisionnement des marchés afin que les populations vivant en Côte d’Ivoire puissent se nourrir décemment », a fait remarquer le ministre Souleymane Diarrassouba. Le président de l’APBEF-CI, Daouda Coulibaly, a, quant à lui, confirmé que les mesures d’injection de montants proposées par la Bceao ont été déjà mises en œuvre. «Nous n’avons donc pas de problème de ce côté. La banque centrale nous a rassurés. Et nous avons pris des mesures pour faire face aux besoins de liquidités évoqués. (…) Toutes les agences sont ouvertes. Nous continuons de servir nos clients partout sur l’étendue du territoire», a-t-il assuré. Pour rappel, c’est à l’issue de la réunion du Conseil des ministres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) du 20 mars dernier, que la BCEAO a produit un communiqué pour informer de ses mesures concernant les banques pour faire face à la pandémie du Covid-19.