MUTUELLE PANAFRICAINE DE GESTION DES RISQUES: Plus de 335 millions de FCFA transférés à 6498 ménages ivoiriens

Identifiés à travers un logiciel dédié et, avec le concours de l’ l’Agence Nationale d’Appui au Développement Rural (ANADER) ainsi que des communautés villageoises concernées, 6498 ménages considérés comme les plus vulnérables, composés de 32 496 personnes, issues de certaines zones rurales en Côte d’Ivoire, perçoivent depuis jeudi 01 octobre 2020, un soutien financier octroyé par la Mutuelle panafricaine de gestion des risques ou en anglais, African Risk Capacity (ARC). L’objectif étant de leur permettre de réaliser des activités génératrices de revenus, suite aux impacts négatifs de la sécheresse dont ils ont été victimes en 2019. La cérémonie de lancement officiel du transfert de ces fonds, par mobile money, d’un montant total de 335 296 800 FCFA, s’est déroulée à l’immeuble Sciam, Abidjan-Plateau, en présence du Directeur de Cabinet adjoint, M. BAMBA Vassogbo, représentant le Ministre de l’Économie et des Finances, M. Adama COULIBALY.

Cette assistance, a souligné le représentant du Ministre, est le résultat de deux polices d’assurance auxquels le Gouvernement ivoirien a souscrit en 2019 auprès de l’ARC, contre les risques liés au déficit pluviométrique ; l’une couvrant le Nord et l’autre, le Centre. Citant une étude d’un groupe d’experts internationaux sur l’évolution du climat, le Minsitre a relevé que « le changement climatique pourrait faire baisser le Produit intérieur brut (PIB) de la Côte d’Ivoire de 2 à 4% ce qui représenterait entre 380 et 770 milliards de FCFA de pertes». « Le secteur agricole qui contribue dans une forte proportion à la croissance économique du pays, reste vulnérable aux aléas climatiques», s’est-il inquiété. C’est pourquoi, tout en exprimant la gratitude du Gouvernement aux autorités de l’ARC, M. BAMBA Vassogbo s’est voulu rassurant sur les dispositions prises pour que les fonds reçus soient utilisés effectivement pour la cause des populations affectées, évoquant notamment le suivi-évaluation.

Superviseur de l’ARC en Côte d’Ivoire, M. ASSAHORÉ Konan Jacques, par ailleurs Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique, a salué pour sa part, les efforts et l’implication effective des différentes parties intéressées dans la mise en œuvre des phases antérieures, en dépit de quelques perturbations liées à la pandémie à coronavirus.

Il s’agit notamment de la phase de sensibilisation des autorités administratives et coutumières des départements touchés, de l’identification des ménages, et de l’enregistrement Mobile Money des beneficaires. Il a souhaité que cette mobilisation reste de mise afin de faire aussi de l’étape de transfert de fonds, un franc succès, pour le bonheur des vaillants agriculteurs, créateurs de richesses.

Au niveau de l’ARC, les autorités se disent aussi satisfaites: « La Côte d’Ivoire reste l’un des Membres les plus actifs de la Mutuelle, aussi bien par son soutien politique à l’institution que par sa participation aux programmes d’activités annuels », a souligné le Directeur Général de l’ARC, M. Ibrahima Cheikh DIONG. Il a aussi révélé que le siège du Secrétariat de la Mutuelle, établi à Johannesburg, en Afrique du Sud, sera tranféré bientôt en Côte d’Ivoire et que ce déménagement marquera une nouvelle phase vertueuse dans le développement et la croissance de l’Institution. « Soyez aussi rassurés de notre soutien a indiqué M. Ibrahima Cheikh DIONG, qui a d’ailleurs annoncé d’autres décaissements au profit de la Côte d’Ivoire. Il souligner que les ménages bénéficaires du premier fonds de 335 296 800 FCFA sont issus de (09) neuf départements que sont Bouaké, Béoumi, Sandégué, Niakaramandougou, Katiola, M’Bahiakro, Prikro, Tanda et Zuenoula.

L’ARC est une Institution spécialisée de l’Union africaine créée en 2012, dont l’objectif est d’aider les États membres de l’Union Africaine à réduire les risques de pertes et de dommages causés par des phénomènes météorologiques extrêmes et des catastrophes naturelles tels que la sécheresse les inondations. L’Institution a été créée par traité, négocié et signé par 33 pays africains, dont la Côte d’Ivoire.