PND 2021-2025 : Les grands défis exposés au cours d’un atelier

Le 20 e étage de l’immeuble Sciam au Plateau a abrité le mercredi 23 septembre 2020 un atelier de formation du cadre de résultats du Plan national de développement (PND) 2021-2020. L’objectif de cet atelier était de passer en revue les travaux interministériels inscrits dans ledit PND en vue de les restituer au ministère de l’Économie et des Finances. Représentant le ministre de l’Économie et des Finances, le Pr Bamba N’Galadjo a invité les participants à s’ « impliquer au maximum ».
« Il est important que sur ce type de dossier, nous puissions représenter pour les autres ministères techniques le modèle à suivre. (…) Ce sont des éléments que les différents services ont transmis au service de la Planification », a indiqué le Conseiller spécial du ministre Adama Coulibaly. Non sans souligner que les ministères de l’Économie et des Finances, du Budget et du Portefeuille de l’État, y compris du Plan et du Développement sont des « frères siamois » dans leur rôle de pilotage de la politique de développement de la Côte d’Ivoire.
Pour le Directeur général du Plan et de la Lutte contre la Pauvreté, Cissé Marcelin, cette rencontre traduit la synergie d’actions entre ces ministères autour de cet «important exercice », dans le cadre de la préparation du PND. Il a, ensuite mis l’accent sur les points clés de l’atelier.
« Nous avons dans le cadre de la mise en œuvre du PND 2016-2020 fait un certain nombre de constats majeurs. Le premier constat c’est qu’en ce qui concerne la transformation structurelle de notre économie, il y a une dynamique qui est en cours. Mais il faut l’accélérer. C’est un premier défi que nous avons noté », a fait savoir le Directeur général du Plan et de la Lutte contre la Pauvreté.
Pour relever le deuxième défi, a-t-il poursuivi, il faut voir comment assurer une répartition équitable des fruits de la croissance. Selon lui, les autres défis concernent l’attractivité des investissements directs à l’étranger (IDE). « Si nous voulons accélérer notre processus de transformation structurelle, d’émergence, il nous faut continuer à travailler à l’amélioration de nos principaux indicateurs de sorte à attirer un peu plus d’investissements pour renforcer l’éclosion de notre secteur privé », a recommandé Cissé Marcelin.
Un autre défi, a-t-il ajouté, est lié au renforcement du financement de l’économie ivoirienne, pour assurer sa transformation structurelle. Pour conclure, le Directeur général du Plan et de la Lutte contre la Pauvreté a précisé que les hypothèses émises permettront, à terme, de bâtir un cadrage macroéconomique et un cadrage budgétaire. A l’en croire, ces hypothèses favoriseront le financement du PND 2021-2025 dans un cadre soutenable.
Mme Dia Fatou Malick, Chef de service Suivi Planification, a, pour sa part, présenté la matrice du cadre de résultats du ministère de l’Économie et des Finances. Cette présentation a identifié les problèmes du secteur, fait ressortir les défis, la chaîne des résultats, la matrice de cadre de résultats renseignés et les étapes à venir après ladite séance de travail.
SOURCE : SERCOM MEF