Vaccination contre la COVID-19: La Banque mondiale décaisse 54.400.000.000 Fcfa pour la Côte d’Ivoire

La Banque mondiale a approuvé un nouveau financement pour faciliter l’acquisition de nouveaux vaccins contre la COVID-19 et booster la campagne nationale de vaccination afin de limiter la propagation du coronavirus en Côte d’Ivoire.

D’un montant global de 100 millions de dollars (54.400.000.000 Fcfa), ce financement additionnel qui intervient dans le cadre du Projet d’appui au Plan national de riposte à la COVID-19 vise à permettre à la Côte d’Ivoire de diversifier ses sources d’approvisionnement en vaccins contre la COVID-19, d’assurer un déploiement efficace au niveau national et de soutenir les efforts de sensibilisation générale à l’importance de la vaccination.
« En partenariat avec l’initiative COVAX, cet appui va permettre aux autorités sanitaires de vacciner plus de 10 millions de personnes, soit près de 40 % de la population ivoirienne », a souligné Coralie Gevers, directrice des opérations de la Banque mondiale pour la Côte d’Ivoire, le Bénin, la Guinée et le Togo. « Il va aussi soutenir une approche de communication intégrée afin de fournir aux Ivoiriens une information basée sur des faits concrets et des explications claires et scientifiques sur le virus, les différents vaccins et leurs risques éventuels. Il s’agit par ailleurs de renforcer l’ensemble du dispositif de vaccination national pour pouvoir soutenir de vastes campagnes de vaccination contre d’éventuelles futures épidémies. »

Selon une récente étude menée en février 2021, le degré de préparation de la Cote d’Ivoire à l’introduction du vaccin contre la COVID-19 est de l’ordre de 48 %. Cette opération entend combler les déficits relevés au niveau de la chaîne d’approvisionnement, de la logistique, des infrastructures et de la formation. Elle augmentera l’achat et le déploiement des vaccins ainsi que les capacités de stockage de 113 districts sanitaires et renforcera le système d’approvisionnement, y compris pour assurer le maintien d’une chaîne du froid grâce à la réhabilitation des chambres froides régionales. Cet appui viendra donc renforcer la capacité vaccinale de tout le système de santé. Par ailleurs, la Banque mondiale accompagnera l’élargissement de la campagne de vaccination contre la COVID-19 actuelle au-delà de la ville d’Abidjan où elle a permis jusqu’à présent à plus de 67 500 personnes de recevoir la première dose du vaccin. La Côte d’Ivoire compte vacciner plus de 57 % de sa population éligible d’ici fin décembre 2022.

Ce financement additionnel de 100 millions de dollars en faveur de la Côte d’Ivoire est le deuxième du genre en soutien à la campagne de vaccination contre la COVID-19 en Afrique de l’Ouest. La Banque mondiale a approuvé aujourd’hui un financement de 8 millions de dollars au profit de la Gambie. Au-delà des appuis financiers, la Banque mondiale fournit une assistance technique aux pays d’Afrique de l’Ouest et centrale à divers niveaux de la mise en place de stratégies de vaccination justes et équitables.

La Banque mondiale, l’une des principales sources de financements et de connaissances pour les économies en développement, prend des mesures rapides et de grande envergure en vue d’aider ces pays à faire face aux conséquences sanitaires, sociales et économiques de la pandémie de COVID-19. Une enveloppe de 12 milliards de dollars est notamment destinée à aider les pays à revenu faible et intermédiaire à assurer l’achat et la distribution de vaccins, de tests et de traitements anti-COVID et à renforcer leurs systèmes de vaccination. Ces financements s’inscrivent dans le cadre plus large de la réponse déployée par le Groupe de la Banque mondiale face à la pandémie, qui aide actuellement plus de 100 pays à renforcer leurs systèmes de santé, protéger les ménages les plus pauvres et installer les conditions propices à la préservation des moyens de subsistance et de l’emploi pour les populations les plus durement touchées.

Source : Banque mondiale
Légende : La Banque mondiale vole au secours de 10 millions de personnes dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.