Bulletin mensuel des statistiques : Les cours des matières premières continuent leur progression

• L’huile de table, le coton et le café en tête
En novembre 2021, les cours du pétrole brut sur les marchés internationaux (moyenne WTI, BRENT, DUBAÏ), exprimés en dollar US, ont connu une augmentation de 83,6% en un an. Ceux des principales matières premières exportées par les pays de l’Union ont également progressé sur la même période, notamment le coton (+59,5%), le café (+57,9%), le caoutchouc (+35,3%) et le cacao (+1,4%). Par contre, les cours de la noix de cajou et de l’or ont enregistré des baisses respectives de 6,5% et 2,6% en novembre 2021 par rapport à la même période de l’année précédente. S’agissant des denrées alimentaires, l’indice des prix sur les marchés internationaux des produits importés par l’Union s’est accru de 28,0% sur un an. Les principaux produits à la base de cette progression sont les huiles (+74,1%), le sucre (+43,1%), le blé (+40,2%) et le riz (+16,3%). Les indices boursiers internationaux se sont inscrits en hausse, dans leur ensemble, à fin novembre 2021 par rapport à la même période de 2020. Les évolutions les plus importantes ont été observées au niveau du Standard & Poor’s 500 (+29,7%), du CAC 40 (+28,1%), du Nasdaq Composite (+27,2%), de l’EuroStoxx 50 (+21,3%), du Dow Jones (+20,6%), du Dax (+17,8%) et du Nikkei 225 (+8,9%). Sur le marché des changes, l’Euro s’est déprécié sur un an par rapport au yuan chinois (-8,1%), à la livre sterling (-5,2%) et au dollar américain (-5,2%). En revanche, la monnaie européenne s’est appréciée par rapport au yen japonais (+2,7%). Les taux directeurs des Banques Centrales des pays développés sont restés inchangés. Au niveau des pays émergents, les autorités monétaires de l’Afrique du Sud ont augmenté leur taux directeur en novembre 2021, qui est passé de 3,500% à 3,750%. La Banque Centrale de Corée du Sud a également relevé son taux directeur à 1,000% contre 0,750% précédemment. Sur le marché monétaire régional, le montant moyen des soumissions sur le guichet hebdomadaire des adjudications s’est établi à 3.398,4 milliards en novembre 2021, contre 3.219,9 milliards un mois plus tôt, soit une hausse de 5,5%. Les adjudications sont effectuées depuis le 31 mars 2020 à taux fixe, à savoir le taux d’intérêt minimum de soumission aux appels d’offres, qui a été réduit de 2,50% à 2,0% à compter du 24 juin 2020. Au niveau du marché interbancaire de l’UEMOA, le volume moyen hebdomadaire des opérations, toutes maturités confondues, est ressorti à 450,6 milliards en novembre 2021, en accroissement de 25,0% par rapport au mois précédent. Le taux moyen pondéré s’est inscrit en baisse, passant de 2,53% en octobre 2021 à 2,49% au cours du mois sous revue. Quant au compartiment à une semaine, le volume moyen des opérations a enregistré une hausse de 17,5% sur un mois pour se situer à 289,0 milliards en novembre 2021. Sur ce compartiment, le taux d’intérêt moyen s’est replié de 4 points de pourcentage en un mois pour ressortir à 2,17% en novembre 2021. Les résultats de l’enquête sur les conditions de banque indiquent une légère hausse des taux d’intérêt débiteurs des banques au cours du mois de novembre 2021 par rapport au mois précédent. Hors charges et taxes, le taux débiteur dans l’Union est ressorti à 6,23% en novembre 2021, contre 6,21% en octobre 2021. Les taux d’intérêt créditeurs des dépôts à terme se sont établis à 5,43% en novembre 2021, en hausse de 14 points de base par rapport au mois précédent. Au cours du mois de Novembre 2021, l’indicateur du climat des affaires est ressorti quasi stable par rapport à son niveau du mois d’octobre 2021. Il s’est établi à 104,5, contre 104,7 un mois plus tôt, traduisant le maintien de la confiance des chefs d’entreprise dans l’évolution de la conjoncture. Les indicateurs d’activités sont restés bien orientés au cours du mois sous revue, reflétant la poursuite de la reprise de l’activité économique. Ainsi, en novembre 2021, l’indice du chiffre d’affaires dans le commerce a connu une progression de 12,7%, sur un an, après une hausse de 14,4% le mois précédent. De même, la production industrielle s’est consolidée en enregistrant un accroissement de 4,8% au cours du mois sous revue après une progression de 4,0% en octobre 2021. S’agissant des activités dans le secteur des services, elles ont maintenu leur dynamisme sur la période sous revue, avec une augmentation de 15,2% de l’indice y afférent, après une hausse de 15,1% il y a un mois. Sur la base des données disponibles, le taux d’inflation est ressorti, en glissement annuel, à 4,9% à fin novembre 2021, contre une réalisation de 3,8% le mois précédent. L’accélération du rythme de progression des prix est essentiellement imprimée par les composantes «Alimentation» et «Logement» dont les contributions à l’inflation totale ont progressé respectivement de 0,8 et 0,3 point de pourcentage par rapport au mois précédent. L’accélération observée au niveau de la composante «Alimentation» est en lien essentiellement avec le renchérissement des céréales au Burkina (+15%), au Mali (+8,4%) et au Niger (+13,8%), du fait notamment de la baisse de la production céréalière dans ces pays. Elle s’explique également par la progression des prix des légumes frais (+26,3%), des poissons (+13,2%), des viandes (+12,1%) ainsi que des tubercules et plantains (+18,5%) en Côte d’Ivoire. Quant à la hausse de la composante «Logement», elle est liée au renchérissement du bois de chauffe et du charbon de bois notamment en Côte d’Ivoire, au Burkina, au Mali et en Guinée-Bissau.
Source : Bceao